Histoire de Jacques Aranda

Perplexe, le professeur Jacques Aranda se pinça le menton : à quoi pourrait bien lui servir l’échelle télescopique de 3 m 80 qu’il venait d’acquérir, disons-le franchement, sur un coup de tête ? Elle était certes magnifique, dans sa splendeur d’aluminium anodisé, avec sa légèreté n’excluant pas la robustesse, et le sentiment de sécurité qu’inspiraient ses barreaux antidérapants. Une de ses collègues lui avait suggéré de grimper jusqu’au sommet pour regarder si, de là-haut, on pouvait voir la mer. Convaincu qu’il allait devenir subitement sujet au vertige s’il tentait l’expérience, Aranda se bornait, pour le moment, à contempler l’objet dans son cocon transparent de polyéthylène, pourvu à chaque coin de renforts en cette matière blanche qui, au moindre choc, laissait échapper des billes minuscules. S’il avait eu des enfants, voire, à son âge, des petits-enfants, ceux-ci auraient pu jouer avec les emballages et répandre dans toute la maison cette neige de synthèse ; mais par conviction philosophique, le professeur s’était toujours refusé à procréer. Il lui vint à l’idée que s’il avait eu un cerisier dans son jardin, et si l’on avait été en juin, avec une pareille échelle il aurait pu cueillir les cerises, même celles du dessus, que d’ordinaire seuls les oiseaux peuvent accaparer. Mais il n’avait pas le moindre cerisier, et les dimensions de son jardin auraient semblé ridicules même à des Lilliputiens anorexiques. Le professeur jeta son chapeau de paille à terre, il lui venait envie de le piétiner. Qu’avait-il besoin d’un chapeau ? Pour se protéger de quoi, d’ailleurs, de ce soleil pâle, anémique, hésitant ? On aurait voulu lui dire, au contraire, de vous chauffer un peu plus, de vous brûler même. Mais il se contentait de vous regarder de loin, dédaigneusement. Autant (au temps ?) pour le réchauffement global, cette farce. Tournant le dos au soleil, Aranda rentra dans la maison : il était temps pour lui de reprendre de saines lectures.

Cet article a été publié dans Fictions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s