Réponse

 

Il m’avait demandé
de traduire mes nomades
en passementerie.
J’ai d’abord enroulé le matin
autour de la fougère
puis j’ai aligné bien parallèles
les tiges du délabrement.
Le nuancier du ciel
m’a indiqué une teinte particulière
de mauve envahisseur.
Enfin les chiens errants ont longé le bassin
où je m’étais noyée.

Cet article a été publié dans Upoèmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s