Transfert vertical

 

 

  1. On peut toujours tout changer, mais jamais. Il y a dans l’air un très léger parfum de muguet, de muguet fané, l’ombre d’une odeur. Associée à une certaine femme, une expatriée. Il suffit de suivre du regard les volutes qui se déroulent, sans une trace de vent pour les détourner, des volumes qui se déroutent, sans GPS.

 

  1. Singulière ou plurielle, la naturalité s’impose. La pluie vient tout noyer. Les symptômes sont listés et, un à un, ils seront jetés dans le ravin. A peine un grincement de porte, à l’autre extrémité du bâtiment, afin de signaler le moment de l’éjection. Un peu d’alcool à 90° pour stériliser et c’est fini.

 

  1. Il a fallu d’abord revenir en arrière, scruter les lapins derrière les oreilles, lisser les épaules des tempêtes. Reconstituer patiemment les traces effacées pour retrouver la ligne générale, puis brancher le fil rouge avec le fil bleu et voir si ça produit des étincelles. Les grues cendrées ont dévié leur trajectoire cette année et on n’a pas pu contrôler leur appétit.
Cet article a été publié dans Fictions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Transfert vertical

  1. Zéo Zigzags dit :

    Coup de cœur pour ceci : « Il a fallu d’abord revenir en arrière, scruter les lapins derrière les oreilles, lisser les épaules des tempêtes. »

    Amitiés, Zéo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s