Transfert vertical (3)

10. Alors que chacun cherche à composer avec des éléments nouveaux, mais souvent fâcheux, un ermite sort de la grotte basaltique à demi dissimulée par le feuillage persistant des résineux qui se sont acclimatés tant bien que mal dans la région. Comme un rideau de fumée, à la fin d’une nuit d’automne, lorsque les hérissons s’acheminent en file indienne le long du sentier, chantant en sourdine un hymne à la naissance des planètes. Ainsi les prêtresses d’Artémis psalmodient au plus noir de la forêt.

 

11. Flammes de bière léchant les plinthes de la pièce voûtée. Fumée partant en volutes, et à mesure que le film s’enroule à l’envers, elle retourne dans la cigarette dont elle était sortie. La tomate coupée en tranches retrouve sa joyeuse intégrité et nous offre à tapoter ses hanches rebondies. Tout cela peut à la rigueur se passer sur la margelle. Mais l’anneau au nez d’Anna annule son anonymat.

 

12. Nous sommes allongés à l’horizontale dans le courant que souffle le vent, agrippés des deux mains au mât – qui n’est absolument pas, que ce soit clair, une hampe de drapeau. Il est difficile de déterminer quand et dans quelles circonstances nos pieds ont cessé de toucher le sol. On ne peut pas dire non plus quand et comment ce phénomène pourra s’interrompre. A moins que nous ne soyons brusquement emportés dans un grand tourbillon qui nous éjectera hors de cette galaxie. C’est le risque à courir.

Cet article a été publié dans Fictions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s