Transfert vertical (7)

20. J’écris en toute hâte avant que la banquise ne fonde : le texte s’échappe, les lettres glissent et coulent dans des crevasses bleutées aux angles aigus. Les manchots applaudissent puis me tournent le dos comme un seul homme, qui leur manque tant que tout est dépeuplé. Je sens à travers le store le regard de ma voisine qui m’épie depuis l’étage supérieur, cachée derrière son sapin de Noël. Et le passé, où donc est-il passé ?

 

21. Fallacieuses affirmations… Le loup et l’agneau dorment dans le même lit, mais ils ne font pas le même rêve. L’ironie la plus douce ne donne pas de grain à moudre. Toutes les portes ouvertes deviennent transparentes. Pérennité de notre affliction. Il fait si froid que les bagues me tombent des doigts.

 

22. Quelques minutes de préséance ne sauraient conférer un avantage. Tout au plus, un rai de lumière passant dans l’entrebâillement des volets. A force de pirouettes, j’échappe au harcèlement que les araignées me faisaient subir. Des piécettes de cuivre orphelines qui sautillent dans mes poches. Rien pour composer mes églogues. Sur un pense-bête jaune, les raisons possibles de la chute.

 

Cet article a été publié dans Fictions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s