Transfert vertical (8)

23. Mais moi, je ne veux à aucun prix manquer mon cours d’archéologie subaquatique. Je m’aperçois que le cycliste ne cesse de regarder à la dérobée une jeune femme flamboyante qui est apparue entre temps dans le café. Il a entendu l’explosion et prétend n’avoir éprouvé aucune frayeur. A cet instant, il pelait une ablette et en lissait les volutes. Il penche la tête pour mieux capter les hachures continuelles du signal. Les abeilles bourdonnent sans cesse.

 

24. Je me résous à cesser de défricher en vain, les tigres n’en ont que faire. Il vaut mieux pour moi descendre de mes combles à l’aide du petit escalier fourni dans le logiciel. Le long de l’allée, le professeur de linguistique se promène gravement dans une petite charrette tirée par un animal voisin du lama. Il parvient à réunir des qualités extrêmes mais pas forcément appréciables du plus grand nombre ; c’est ainsi qu’il réunit des excès incompatibles de beauté et de solitude.

 

25. Je voulais lui offrir un bouquet d’anis étoilé à son anniversaire, mais j’en ignore la date ; il me faudra recourir à de subtiles ruses pour marquer mon devoir de mémoire. De loin en loin, je vois des iridescences se déployer à travers les brisures du riz, et il me semble que les marelles deviennent plus flexibles. Pourtant, ce sera bientôt l’équinoxe.

 

Cet article a été publié dans Fictions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s