mots d’automne

d’un clocher automnal le tintement résonne
au milieu de nothing soudain il m’arraisonne
et machinalement moi-même je raisonne
quel est ce convenu enfin qui m’emprisonne
coincée dans mon enclos comme vache frisonne
à quelle sauce enfin est-ce qu’on m’assaisonne
franchement ça m’agace et même m’empoisonne
qu’on sépare et qu’on trie qu’on fixe et qu’on cloisonne
le monde entier c’est vrai carrément déraisonne
me dis-je en contemplant le feu que je tisonne

Cet article a été publié dans Upoèmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s