Celle qui n’est pas là

Je ne suis pas celle que vous croyez.
Je ne suis pas cet animal ni cette plante.
Je ne suis pas cette machine infernale ni cette pensée serpentine.
Mes yeux sont verts bleus noirs marrons mes cheveux sont rouges.
Ma peau est noire blanche noire verte.
Je suis cette invention du destin.
Je suis cette construction de l’imaginaire d’un ermite désœuvré.
Je suis le croisement entre une ombrelle et un ordinateur.
Je suis l’amie du sablier, celui qui ne reste pas longtemps au même endroit.
J’ai plein de sable dans mes placards.
J’ai plein de larmes dans tous mes yeux.
Ne croyez pas tout ce que je vous dis.

Cet article a été publié dans Upoèmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s