Pour le salut de son âme

Registre BMS de Chigy, Yonne, 1669-1702 page 59

Comme pour les autres textes recueillis dans les registres d’état-civil, j’ai conservé l’orthographe et la ponctuation d’origine.

« Par devant moy curé de Saint Loup de Chigy sur Vanne en présence des témoings cy après nommez, au defaut de notaire en ladite paroisse fut présent en personne Biencour escuyer seigneur de Pointrincour et autres lieux, gissant (sic) en son lit malade en sa maison en la paroisse dudit Chigy, sain toutefois d’esprit et d’entendement, ainsi qu’il m’est apparu et a mes témoings soussignés, lequel considerant qu’il n’est rien de plus certain que la mort, et rien de plus incertain que L’heure d’icelle, et ne désirant en être prévenu, sans auparavant avoir déclaré ses dernières volontés, a fait, dicté et nommé le présent son testament en la forme et manière qui suit —–

Premièrement, Recommande son ame a dieu, a la glorieuse Vierge Marie, a Saint Jacques son patron et a tous les saincts et sainctes de paradis.
Lorsque son ame sera séparée de son corps veut le testateur que son corps soit inhumé dans leglise dudit Chigy avec toutes les prières messes et services comme il convient a une personne de sa qualité ; a laquelle fabrique de Chigy sur Vanne ledit sieur testateur donne et legue la somme de trente livres de rente a prendre et avoir sur le plus clair et meilleur de tout son bien Laquelle somme de trente livres annuelles et perpetuelles sera payée entre les mains tant de ceux qui sont de present en charge que de ceux qui leur succederont et en cas que les héritiers dudit sieur testateur voulussent acquitter et amortir ladite somme de trente livres de rente lequel ils pourront faire en payant la somme de six cents livres en principal Les marguilliers seront tenus et obligez d’en faire le remplacement aussitôt ou les constituer afin que ladite somme de trente livres se puisse bien et facilement [un mot illisible] percevoir et payer aux marguilliers qui seront en charge ./.

Chaqun an la charge de par les marguilliers de faire dire et celebrer a perpetuité par chaqun an deux services a neuf leçons vigilles messes hautes de requiem sçavoir un le lendemain de la fette de St Simon et St Jude pour le repos de l’ame de deffunte dame Marie Royde femme en premières noces du sieur testateur et le second en pareil jour qu’arrivera le deces dudit sieur testateur et ainsi continuer tous les ans a perpetuité comme aussi de faire chanter tous les dimanches un libera incontinent après la messe pour le repos de l’ame dudit sieur testateur, a la charge aussi par les marguillers de faire raccommoder et entretenir la chapelle de Ste Anne comme aussi de faire lambricer des premiers deniers qui proviendront de ladite rente de trente livres les charge cy dessus prealablement déduire et seront lesdits services annoncez le dimanche precedent et sonnez tant la veille que le jour qu’ils se chanteront —–
Item veut le sieur testateur [un mot illisible] être payée et griefs reparez si aucuns y a

et pour executeur du present testament ledit sieur testateur a choisi et nommé Jean de Chicault escuyer seigneur de Milly lequel il prie de bien vouloir rendre ce dernier bon office et apret que le present testament a esté [un mot illisible] et relû audit sieur testateur par moy curé soussigné, mes témoings presents, ledit testateur a déclaré qu’il y persiste et désir iceluy être executé comme estant la dernière volonté fait et passé audit lieu de Chigy en la maison du Sr de Biencour. »

Remarques

1. Le texte n’est pas daté. Il se trouve dans le registre à la fin des actes enregistrés pour l’année 1697.
2. Il est dit au début « en présence des témoins ci-après nommés » mais ils ne sont nulle part nommés (sauf l’exécuteur testamentaire) et il n’y a pas non plus de signatures. Ou bien il manque une partie du texte (mais la 2e feuille continue avec un autre testament), ou bien le curé a omis de les faire signer (ce qui serait curieux).
3. Le prénom du Sr de Biencour n’est pas mentionné mais il est fait référence à « Saint Jacques son patron », on peut donc supposer qu’il s’appelle Jacques de Biencour. Un arbre de Geneanet mentionne un Jacques de Biencourt (avec un t) marié le 11 avril 1695 à Chigy avec Marguerite Jolly.
4. La « fabrique », selon le TLF, désigne les biens matériels d’une église paroissiale.

Cet article a été publié dans Généalogies. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s